Destins étranges en Terre du Milieu


Jeu de Rôle en Terre du Milieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le pain des hommes (2)

Aller en bas 
AuteurMessage
Edegilon
Membre de la Communauté


Nombre de messages : 176
Age : 32
Date d'inscription : 19/05/2017

Feuille de personnage
Race:
Classe:
Age:

MessageSujet: le pain des hommes (2)    Jeu 25 Oct 2018 - 12:21

Bonjour à tous,
Voici mon débrief des notes prises lors de cette soirée.
Comme d'habitude à compléter/corriger. D'autant plus que beaucoup de PNJ ont été évoqués sans que je les connaisse ni comprenne grand chose...
Bonne lecture

Le pain des hommes (2) (19 octobre 2018)
 
            Nous nous retrouvons donc dans l’auberge. Il est 20h. C’est l’automne.
Nous réfléchissons aux choses que nous devons faire : aller voir le camp, aller voir le Conseil, aller à la bibliothèque pour Denthon. La présence de l’ennemi dans la ville est rappelée. Puis les Tisseurs listent un certain nombre de personnes qu’ils ont rencontré par le passé afin de trouver des alliés potentiels.
Par ex : Un certain Mardon, homme de main du banquier de Tharbad. Il serait avec un certain Toliver, dont il faut se méfier.
Swarigen, qui dirige le carré de pique.
Elodrian et Echtion, sont d’autres noms cités par-ci par-là.
Les Tisseurs poursuivent leurs réflexions sur leurs tâches : aider les riches, aider la plèbe, la proposition d’envoyer les migrants repeupler le Rhudaur en leur proposant des terres et en récupérant derrière les impôts.
Edegilon se retrouve héritée d’une mission : enquêter sur les meuniers, les silos, les stocks de blé et les récoltes.
Les Tisseurs souhaitent lancer une rumeur sur leur présence. Gunard avait fait déposer une écharpe et une broche à Soaïg.
Des nains (mines de la ville) et les elfes sont surement présents dans la ville.
Est également posée la question du blé dans les alentours, savoir si Tharbad, le Rhudaur et le Cardolan sont également affectés par cette pénurie.
Enfin, ils énoncent également qu’il faudra peut-être aller voir les hommes de la colline et qu’il ne faut pas oublier la présence potentielle d’un assassin du roi.
Ils décident finalement de questionner Turgal, pour recueillir les premières infos.
 
Lors de l’échange avec Turgal, nous sommes informés que le Conseil est composé de 12 membres élus, issus de la ville, et le 1er a double voix. Actuellement il s’agit de Marblin Cordelin. Il explique également que les nains sont partis de la ville depuis quelques temps car il se passe des choses bizarres dans les mines depuis un an. Les mines de la ville donnent peu, alors que les mines privées donnent beaucoup.
Dorion est toujours en ville. Beaucoup de monde travaille avec Tharbad. Il confirme qu’il y a une réelle pénurie de pain et une hausse des prix. Il y a bien un manque de pain, et l’arrivée des réfugiés n’arrangent rien. Peu de cultures à blé à Theid mor. Il y a une dépendance vis-à-vis de l’approvisionnement provenant de Tharbad. Les récoltes ont été mauvaises cette saison, et la population a augmenté. Les difficultés de ravitaillement sont réelles : en effet les routes sont peu sûres. Le guet veille mais ce n’est pas suffisant. La route par bateau n’est toujours pas encore rouverte.
Il évoque également le fait qu’il n’a pas revu les hommes de la colline depuis l’arrivée des réfugiés et des pénuries. Il rappelle que sortir de la ville devient dangereux. Les hommes des collines se montrent menaçants. Il y a même eu des exaltations physiques. Ces hommes des collines, sont des personnages sauvages et tatoués.
Turgal n’a pas de nouvelle du rudhaur et du Cardolan, de toute façon il manque un pont pour relier ces régions.
Selon les rumeurs, la pénurie est la même à Tharbad.
Il précise que Toliver demeure un pilier de la ville. L’incontournable du divertissement.
Swaringen  est également encore présent mais il est resté dans le bas de la ville.
L’arrivée des réfugiés a été difficile. Ils étaient armés, ils forçaient la porte, les gardes sont intervenus.
Il explique également, qu’un type, attendait tous les soirs Soaïg.
 
            Soaïg arrive. Elle a l’air très émue. Elle a la broche et le foulard. Elle avait quitté les Tisseurs il y a près de 6 mois alors qu’elle était en relation avec Gunard.
Elle nous apprend que Elaïth et Keïra sont bien arrivés avec les réfugiés. Elaïth est en résidence surveillée dans la ville. Il existe un ravitaillement tous les jours pour le camp mais il est insuffisant. Elle a mené quelques actions pour tenter d’apporter plus aux réfugiés. Toutefois elle est surveillée par le guet pour « subversion » : en clair elle a aidé les réfugiés. Les hommes de la colline veulent faire la peau aux réfugiés.
Concernant Edegilon, il est précisé qu’il pourrait se déguiser en marchand qui cherche à acheter du blé.
Soaïg précise que la pénurie concerne la ville mais aussi Tharbad et le Cardolan.
Un certain Ser Arel est nommé, porteur d’espoir mystique. Une certaine Sesphora est également citée.
Pendant ce temps, Apruïvé joue avec le feu.
 
            Finaël décide donc, accompagné d’Apruivé, d’aller voir Keïra dans le camp.
            Arlan va aller dehors, observer autour du Poney Fringant.
            Edegilon discute avec Swartig et cherche des informations sur les principaux silos, et cultures à proximité avec l’aubergiste.
            Eodrec va rejoindre les écuries.
            Gunard se balade dans la ville avec Soaïg. Ils croisent plusieurs fois le guet.
 
            A l’étage du Poney Fringant, des chambres individuelles, avec lit, draps et une salle de bain pour l’étage.
            La nuit passe.
            Finaël est resté dans les bois. Nous sommes sans nouvelles de lui. Nous apprendrons plus tard, que son entrée au camp n’est pas passée inaperçue.
            Au petit déjeuner, nous avons le droit à de la brioche.
 
            Danton va à la bibliothèque. Swartig rejoint des contacts qu’il a dans la ville.
 
            Edegilon se déguise en marchand. Pas d’épée, pas d’arc. Il sera accompagné de deux hommes de garde (Arlan et Eodrec).
            Les trois hommes se rendent donc à la boulangerie voisine. C’est une grosse boulangerie. Ca sent bon. Les étalages sont toutefois dégarnis. Derrière le comptoir, une dame et derrière elle, les fours avec un homme en blanc. Peu de blé en stock. Le boulanger se nomme maître Morbut. Edegilon obtient, avec beaucoup de maladresse, le nom de deux moulins : Glaviot et Merin. Le guet passe régulièrement devant la boulangerie.
            Les trois compagnons se dirigent ensuite vers une autre boulangerie. Il y a une queue assez importante devant celle-ci. Eodrec roule un chiffon et joue avec les enfants comme si le chiffon était un ballon. Dans cette queue, les trois hommes sont dévisagés. Cette queue est une habitude devant cette boulangerie depuis plusieurs semaines : depuis qu’il n’y a plus de blé, plus de pain…Ca râle… Une fois entrée dans la boulangerie, la dame change de visage. Edegilon obtient le nom de deux moulins : Garenne et Merin. Edegilon décide d’acheter une brioche (6 deniers), affecté par les jeunes enfants devant la boulangerie. Arlan coupe rapidement court à cette idée.
            D’ailleurs Arlan et Eodrec rappelle à Edegilon qu’il va falloir changer de stratégie lors des interrogatoires. Edegilon devra se faire passer pour un revendeur potentiel de blé. La suite de la quête mènera probablement les trois compagnons vers le moulin Merin, situé en ville.
            Les mines privées avaient été annexées par l’ancien gouverneur. Quand les Tisseurs étaient passés les mines avaient été redistribuées.
            Reinhard, un nain, est le contremaître des mines de la ville.
            Le filon des mines est épuisé depuis 6 mois et l’arrivée d’un nain : Olbrich doigt d’argent. C’est un nain, pas très sympa, qui campe dans les mines. Son minerai est bizarre, c’est de l’argent mais bizarre. Le charbon se transforme en argent. Ça ne vaut que par le poids du métal. On ne pourrait en faire des bijoux ou autres. C’est du métal friable.
            On apprend qu’un autre nain, plutôt sympa, tient une petite forge : Barkal.
 
            Nous nous retrouvons pour un 1er débrief de la situation. Puis nous réattribuons les rôles de chacun.
            Arlan va faire une reconnaissance autour de la résidence dans laquelle est surveillée Elaïth.
            Edegilon va aller voir les paysans autour de la ville.
            Eodrec va aller se balader en cheval.
            Gunard va aller rencontrer le forgeron. Il est relativement jeune. Il possède une forge avec un système moderne de mécanique naine. Il est en train de travailler, de faire des outils. Lors de cet échange, Gunard apprend qu’Olbrich doigts d’argent était dans le Rudor auparavant. Il possédait des mines qui étaient taries et qui s’est mis à renaître à son arrivée. Selon Barkal, Olbrich est surement un des nains les plus riches. Plus que certains seigneurs nains, c’est certain.
Il y a des animosités entre les nains. Des faits, preuve de violence.
Puis Gunard reprend son chemin dans les quartiers. Il va dans une auberge dont Swaringen est toujours le tôlier.
 
            Edegilon interroge un paysan. Les champs sont la propriété de la ville ou de propriétaires fonciers privés comme par exemple son voisin qui est semi-indépendant, Baer. Edegilon apprend que le moulin Merin achète beaucoup de quantité de blé. C’est un moulin qui semble plutôt honnête dans les prix : 1 denier par boisseau.
 
            Eodrec chevauche vers le camp. Il pénètre dans la forêt. Il aperçoit cet énorme camp. Proche de la rivière et du camp, il sonne le cor pour savoir si les amis elfes sont dans le secteur. Finaël rapplique. Apruïvé explique que les « hommes sont des fous, ils ont brûlé la fôret ». Eodrec fait boire son cheval. Ramasse du bois mort, et le fait brûler. Il fait bouillir de l’eau, demande des herbes à Finaël et propose ce « thé » à Apruïvé pour l’apaiser. La présence d’enfants dans la forêt est évoquée. Il y en a trois à proximité en train de chasser. Ils appartiennent au camp.
            Finaël explique l’échec de leur entrée dans le camp pour voir Keïra. Il a  été contraint à blessé des gardes du camp. Eodrec lui demande de repasser voir Keïra et de se renseigner sur Sesphora.
            Keïra surgit alors. Des échanges avec Finaël ont lieu. Elle recherche des solutions. Il y a une forte pression du guet. Les jeunes risquent leur vie pour chasser. Ils sont menacés d’être pendus. Elle les informe que Sesphora est partie avec un groupe armé avec comme objectif : attaquer Theid'mor. Ils ont sous leur influence un groupe de 400-500 hommes. Un mouvement de foule qui entrainerait au minimum la moitié du camp avec des personnes qui « n’ont rien à perdre ».
 
            Le soir arrive. Gunard est avec Soaïg, Edegilon reste à l’auberge. Arlan va à la résidence de Elaïth accompagné d’Eodrec qui observera les aller et venue du guet.      Ils aperçoivent alors une silhouette sur les toits, aux abords de la maison. Commence une course poursuite. Arrivés devant la maison, Arlan décide de grimper à l’étage où se situe Elaïth et Eodrec arrive aux pieds de la maison. Il aperçoit deux hommes en train de se bagarrer. Arlan entre par la fenêtre et commence alors une bagarre difficile avec ce personnage rapide, qui esquive et parade beaucoup. Une belle bagarre. Eodrec après avoir fait diversion auprès des gardes, parvient enfin à rejoindre la porte au meilleur des moments, en effet Arlan vient d’être mis temporairement KO. Eodrec y va à l’épée, bloquée par l’assassin. Un second combat commence alors. La porte de la pièce commence à être enfoncée par les gardes de la maison. Eodrec, à moitié sonné, Arlan se relève et porte un coup dans le dos de l’assassin avec la dague de Gabilgatol. Il reçoit des coups et est à nouveau dans les pommes. C’est alors Eodrec qui se relève et porte un coup fatal dans le dos de l’assassin. Les hommes de garde se faisant plus pressant, Eodrec camoufle la scène, il place l’assassin sur Elaïth pour une forme de mise en scène. La porte lâche et les gardes déboulent. Ils veulent des comptes sur ce qui s’est passé et attendent le commandant, le capitaine de la garde. Arlan fouille discrètement le corps de l’assassin pour récupérer des objets permettant de comprendre son origine. L’officier arrive, le second de la garde. Il a un accent d’ici. Il demande des explications. Lors des échanges, Arlan, Eodrec et cet officier se reconnaissent. Il était présent il y a un an. Il les connaît. L’assassin est d’origine asiatique. Les Tisseurs apprennent que maître Cordelin (le 1er du Conseil) est déjà venu voir Elaïth. Elaïth était détenu ici après s’être « livré » lui-même pour se porter garant pour la sécurité (forme d’otage) pour éviter les actes de violence entre les réfugiés et les habitants de la ville.
            Le capitaine de la garde est le même qu’il y a un an. Il accepte de ne pas trop détailler le rapport. Les Tisseurs signalent de leur présence au Poney Fringant. L’officier propose de garder l’anonymat sur les deux prochains jours, après il devra obligatoirement rendre des comptes.
            L’assassin ressemble à un assassin ninja avec une ceinture qui se déroule pour s’accrocher. Les Tisseurs saluent le lieutenant qui serait trouvable au poste du centre-ville si nécessaire. Ils rentrent alors au Poney Fringant.
 
            Arlan montre les affaires : la ceinture, un morceau d’étoffe. Edegilon identifie un tissu de l’Est mais un tissage et des finitions venant de Dale. C’est le 1er asiatique que voit Arlan.
 
            Finaël dans la forêt, tente de retrouver les gamins : une jeune fille et deux autres jeunes gens.
 
            La nuit est passée. Nouveau débrief : il faut tenter de découvrir et comprendre :            - ce qui s’est passé dans les mines du Rudhaur au passage d’Olbrich doigts d’argent.
            - un interlocuteur au niveau global pour le pain
            - Elaïth et s’informer sur le 1er du Conseil
 
            Déboule alors l’officier. Le boulanger (voisin) a été retrouvé mort. Il ne faut pas que ça s’ébruite trop rapidement, il y a un risque d’émeute ou de repli des boulangers. Les Tisseurs vont analyser la scène : il a la tête dans le pétrin. Le corps froid mais pas rigide. Il n’est pas habillé en boulanger mais il rentre d’une soirée. Eodrec distingue des crissements sous ses pieds : des bouts de verre. Il les ramasse, sent l’odeur.
Il était très bien habillé, des habits très chers. Des poches dissimulées, à l’intérieur des jetons (en provenance de l’Hôtel du Lapin). Sa bourse semble bien garnie. On retrouve également un papier froissé, genre un reçu d’écurie. Sur son corps, des traces liées à son travail. Une seule plaie récente, nécrosée, au creux de la main droite. C’était un homme à la réputation moyenne.
            Les Tisseurs s’interrogent sur quelles informations données concernant sa mort.
            Peut-être faire passer l’idée d’une crise cardiaque avec une courtisane puis il aurait été déplacé ici.
            Au bras droit, on peut déduire les signes d’un poison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finaël
Membre de la Communauté
avatar

Nombre de messages : 1620
Localisation : Ceven Galad
Date d'inscription : 04/09/2005

Feuille de personnage
Race: Elfe
Classe: Archer
Age: 1 000 ans

MessageSujet: Re: le pain des hommes (2)    Jeu 25 Oct 2018 - 17:07

J'ai corrigé l'orthographe de certains noms (en espérant ne pas avoir fait d'erreur  Laughing)

Tarbad  Arrow Tharbad

Laith  Arrow Elaïth

Ektion  Arrow Echtion

Olbrak  Arrow Holbrack

Apruvé  Arrow Apruïve

S'il y a erreur dans ces corrections, que l'on corrige les corrections  Laughing

_________________

"Ne gûr e-geven galad, síla i galad uireb."
Au coeur de Ceven Galad, brille la Lumière Eternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gunard
Membre de la Communauté
avatar

Nombre de messages : 779
Age : 48
Localisation : Quelque part en terres du milieu
Date d'inscription : 05/09/2005

Feuille de personnage
Race: Nain
Classe: Guerrier
Age: 127

MessageSujet: Re: le pain des hommes (2)    Ven 26 Oct 2018 - 8:47

J'ai corrigé une partie de ce que j'ai trouvé

Soaïg

Theid'mor

Et à ma connaissance c'est Swaringen qui dirige le carré de pic, pas Holbrack, je ne lui aurait pas passé le bonjour, ou alors le salut qu'un Nain réserve à un orc ^^

_________________

Gunard Maille d'Acier, Fils de Thorin Maille d'Acier et Irania RocFendre
Protecteur extérieur de Khazad-Dûm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Maître de Jeu
Maître de Jeu
avatar

Nombre de messages : 1213
Date d'inscription : 10/09/2005

MessageSujet: Re: le pain des hommes (2)    Ven 26 Oct 2018 - 23:32

Excellent travail, c'est beau d'avoir ces récits.
J'ai aussi beaucoup corrigé, les noms mais aussi la géo ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le pain des hommes (2)    

Revenir en haut Aller en bas
 
le pain des hommes (2)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destins étranges en Terre du Milieu :: JEU DE ROLE :: [SYNOPSIS] Halla Aranyë (à partir du 14/09/2018)-
Sauter vers: