Destins étranges en Terre du Milieu


Jeu de Rôle en Terre du Milieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le pain des hommes (3)

Aller en bas 
AuteurMessage
Edegilon
Membre de la Communauté


Nombre de messages : 183
Age : 32
Date d'inscription : 19/05/2017

Feuille de personnage
Race:
Classe:
Age:

MessageSujet: Le pain des hommes (3)   Mar 18 Déc 2018 - 9:39

Bonjour à tous,
Voici le résumé traditionnel.
A corriger/compléter comme d'habitude notamment sur les mitrons j'ai plusieurs noms où je doute...

Le pain des hommes 3 (7 décembre 2018)
 
Nous commençons la soirée par un petit rappel des problèmes/objectifs :
- les rumeurs du boulanger empoisonné
- Cordelin, le 1er du Conseil qui rend visite à Elaïth
- problème des migrants
- le pillage des convois entre Tarbad et ici, peut-être lié à Sesphora
- Holbrich doigt d’argent
- l’assassin ninja
 


Hypothèse que le nain pourrait acheter du blé avec son argent de mauvaise qualité et le revendrait avec du bon argent. Peut-être qu’il blanchit son argent avec l’Hotel de lapin.
Revient sur l’idée qu’il faudrait répartir les immigrés entre les terres des seigneurs. Mais est-ce que les réfugiés souhaitent être séparés ?
 


            Retour sur la nuit passée pour suivre Finaël qui était avec des jeunes chasseurs. Ce sont des archers, ils traquent un cerf. La fille est la meilleure. Tout d’un coup, plus un bruit dans la forêt. Ils entendent des bruits de personnes qui marchent discrètement à 20m. Les jeunes se rassemblent devant la fille. Un homme arrive devant le groupe. A gauche, le cliquetis d’une arbalète lourde à 18 m. A droite, le bruit de 3 arcs que l’on bande. L’homme dit alors « Que la chasse commence ». Le carreau arrive plein sur eux, détourné par une flèche d’Aprivué. Un jeune prend une flèche au flan. La fille tente de s’enfuir avec les deux jeunes dont le blessé. Tout le monde tente de fuir. L’homme au centre, qui commandait, montre un large sourire. Ils arrivent sur une clairière, 3 chevaliers avec arbalètes leurs tirent dessus. La jeune fille est blessée à la jambe, un garçon blessé dans le dos, un jeune succombe, un cheval également. La jeune fille est sur un cheval, Finaël derrière, Aprivué saute de branches en branches.Il est 5h du matin. Plusieurs heures qu’ils galopent. Après un bref arrêt pour faire souffler le cheval, ils aperçoivent des bruits de sabots (au moins un cheval ferré). Aprivué n’est pas capable de s’orienter mais elle sait pourquoi elle est là. La forêt est plus sombre. Quelque chose d’impalpable fait avancer Finaël dans ce sens-là. Le chemin est très étroit. Ils entendent un craquement sur la droite, à 20m, un cavalier avec arbalète. Le carreau explose la tête d’un des chevaux. Finaël tire, le cavalier est blessé au bras. Aprivué est coincée sous le cheval qui s’est écroulée. La jeune fille tire de l’autre côté. Hennissement du cheval. Finaël dégage Aprivué. Ils fuient mais à 150m impression qu’il n’y a plus de sol. Bruit de cor de chasse retentit, signe de ralliement. La forêt est noie, en bas de l’apique, une quinzaine de mètres, la forêt est beaucoup plus verte. Finaël déploie une corde et y fait descendre la fille et Aprivué. 4-5 hommes arrivent alors sur Finaël qui saute dans l’espoir de se raccrocher à la corde mais qui se loupe. Il commence alors une descente infernale en tentant de se raccrocher aux racines…
 
            Retour à la ville. Les Tisseurs demandent des informations sur Cordelin. Un type hautain, détaché des préoccupations du peuple. Des qualités de gouvernances. Un grand commerçant, chef de la guilde du cuir. Sa côte de popularité est très faible. L’élection avait été difficile, très tendue.
            Au Poney Fringant, Gunard examine les monnaies et estime que 5% de l’argent présent est de mauvaise qualité. 90% de cet argent de mauvaise qualité proviendrait de Teid’more et 10% de Tarbad. Ce mauvais argent relève de quelque chose proche de l’alchimie. La partie du métal de base devient argent. C’est très particulier. Genre transmutation. Pratique non pratiquée des nains, mais connue. Un doute sur la stabilité de la conservation de cette monnaie.
            L’objectif est probablement de déstabiliser l’économie.
            Fahrin n’a pas été aperçu depuis hier.
            Les Tisseurs décident d’aller voir Elaïth.
 


            Ils traversent la ville pour aller voir le lieutenant Berthod afin de recevoir l’autorisation écrite de rencontrer Elaïth. Les rues semblent animées. Plus on monte dans la ville, plus nous entendons des vociférations au sujet du prix du pain, des affameurs, des riches, des inégalités… Nous arrivons devant la résidence surveillée mais la rue est barrée. On s’engage dans les ruelles adjacentes afin de parvenir à la résidence mais on retrouve des barrages à chaque rue, surtout les grosses artères.
            Arlan s’engage pour passer le barrage en montrant sa cicatrice au visage prétextant la nécessité d’avoir des soins.
            Gunard s’engage et passe le barrage en adoptant une attitude très naine : obstinée et menaçante.
            Eodrec et Edegilon attendent au barrage en faisant signe à leurs deux compagnons d’y aller.
 
            Arlan et Gunard vont donc voir Elaïth. La discussion commence. Ils prennent des renseignements sur Cordelin : sérieux, sûr de lui, il traite d’égal à égal. Il respecte l’accord qu’ils avaient contracté. Visite régulière d’Ombrelof permettait de vérifier l’application de l’accord même si ça fais 5 jours qu’il n’a pas reçu de visite.
            Ils échangent sur le Rudaur. Ils évoquent la candidature d’Elaïth pour la royauté du Rudaur. Place toujours vacante. Elaïth espère le soutien de la richesse de Teid’more pour sa candidature. Il explique qu’Eldorian est prêt à lui avancer des sommes très importantes. Il aurait des appuis nombreux et des finances. Il a déjà reçu un lingot d’argent : très beau, une belle surface, peu friable, légèrement plus léger que la normal. Selon Gunard c’est de l’étain. C’est de l’argent « corrompu », le métal est « corrompu ».
            Gunard propos qu’Elaïth recontacte le banquier pour l’achat du blé. Ce banquier a un homme du corps : pas très grand, puissant, un bandeau rouge dans les cheveux, un air asiatique.
 


            Pendant ce temps Eodrec offre un coup aux personnes du barrage et après quelques verres, Eodrec prétexte l’envie d’uriner sur les « portes des riches », suivi par Edegilon. Ils rejoignent ainsi Arlan et Gunard.
            Le groupe réunit, Arlan propose d’aller voir Swaringen en étant un peu plus direct pour obtenir des informations sur Toliver. Nous descendons en basse ville. Nous sommes en milieu d’après-midi. Nous pénétrons dans le carré de pique. Ca sent l’homme, la femme, la bière, le graillon, il y a de l’ambiance. Nous demandons à boire : la bière est fraiche, pimentée à l’ail.
            Dans les assiettes, les soupes sont assez claires. Nous envoyons un serveur chercher Swaringen. Il descend de l’étage. Il nous fait rentrer dans le bureau. Une jeune femme se rhabille et sort de la pièce.
            Lors de la discussion, nous apprenons qu’il y a 6 mois, un nain, Holbrich est arrivé. Certaines des mines se sont mises à donner.
            Concernant le blé, il y a eu pénurie. Une mauvaise récolte. Pas suffisamment de réserves mais il serait utile de fouiller certaines caves (par exemple de certains boulangers). Le ravitaillement par Tharbad est insuffisant et peu sont arrivés. Les convois sont attaqués depuis 3 mois par des brigands, même pas des Dunéens.
            Au sujet d’Eldorian : au moins deux mines ne lui appartiennent pas. La plus importante appartient à Célhuin, une femme, présente au Conseil. N’est pas originaire de la région et elle a pris la place de son mari, décédé. La seconde mine, appartient à Hischer. Un propriétaire local. Un teigneux. Un vieux de la vieille. 70 ans.
            Sur Toliver. Swaringen rappelle qu’ils se détestent depuis longtemps. C’est un magouilleur.
            Sur Morbut, le boulanger mort. Un méchant. Bon client.
            Un nom sur la liste des gens à tuer : un certain Egedilon recherché par un mec grand, athéltique avec une chevelure rousse et un accent assez prononcé. Cet homme est passé il y a 4 jours.
            Elaïth serait le chef des immigrés.
            Mordon, le garde du corps d’Eldorian ?
            Edegilon demande à s’éclipser et va prendre l’air, pour se « défouler », accompagné d’Eodrec.
            Gunard explique l’histoire de l’argent de mauvaise qualité qui circule afin d’essayer de remonter le réseau.
            Une fois l’échange avec Swaringen terminé, nous décidons de rejoindre la boulangerie puis l’hôtel du lapin.
 


            Finaël se réveille à l’endroit où il était tombé. Aprivué et la jeune fille sont à côté de lui. Les deux lui sourient. 6 à 7h sont passées. Ils se situent à l’orée d’une contrée fascinante. Ils supposent que ce lien a un lien avec les elfes fondateurs de la ville. Là où les elfes vont, les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être au 1er abord. Les grands, les hauts elfes ne font rien en accord avec ce qui est autour.
            Katniss explique que ce n’est pas la 1ère fois qu’elle tombe sur ces hommes. Ils cherchent à chasser les chasseurs. Ils viennent de Teid-Mor. Ils payent un tribut s’ils reviennent sans gibier.
            Ils sortent de la forêt et décident de revenir vers Teid-More. Katniss voudrait rentrer au camp. Le soir tombant, ils arrivent près du camp.
 


            Les Tisseurs fouillent la boulangerie. Ils vont à la cave. Ne trouvent pas de farine. Un peu humide. Ils cherchent s’il y a un grenier mais il y a des appartements avant. Puis ils aperçoivent un pétrin de trop, ancien, qui n’a pas servi depuis longtemps. Derrière se trouve une ouverture dans le mur avec une pièce. C’est une assez grande pièce (7m²) avec des cinq tonneaux remplis de farine. Il y aurait l’équivalent de 4 jours d’approvisionnement de stocker. Au sol de la pièce, des gravillons qui semblent suspects. En effet : apparaissent des traces. On peut deviner qu’il y avait19 tonneaux dont deux superposés. Le déplacement semble daté d’une semaine environ. La consommation est de 2 tonneaux par semaine normalement.
            Les Tisseurs interpellent donc les mitrons : Barnot et un jeune homme en blanc. Mme Morbut est en haut. On apprend que le maître était quelqu’un de sévère. Caminet, le 3e mitron, était dur avec eux. Il ne faisait rien.
Friop s’occupe de la pâte, de la brioche…
Jérine (Mme Morbut) semble peu peinée mais inquiète de notre présence, suspicieuse. Les Tisseurs lui demandent si son mari fréquentait le Lapin. Le ton de l’interrogatoire commence à monter. On apprend qu’il y a une semaine : une grande réunion a eu lieu. Nous allons fouiller les lieux, notamment les deux chambres des mitrons. Arlan découvre deux reconnaissances de dette. Caminet semble devoir de l’argent au Lapin. Il y a quelques pièces d’argent, des habits et du parfum. A priori, Caminet ne doit pas dormir souvent ici.
            Pendant l’interrogatoire, les deux mitrons observent la réaction de Jérine. On propose d’aller au salon pour discuter. Arlan interroge les deux mitrons. Il apprend que Caminet était l’amant de Jérine. Le boulanger le savait et pourtant il le protégeait. Il était très attentionné vis-à-vis de Caminet. Ce dernier était d’ailleurs mieux payé.
            L’interrogatoire au salon se passe sous pression. Pendant l’interrogatoire, d’autre fouille la pièce et ils déposent même du parfum (de Caminet) sur un foulard de Jérine pour la faire accuser. Les Tisseurs découvrent des lettres. Jérine est forcée à avouer sa relation avec Caminet. Jérine a 17 ans de moins que le boulanger. On l’interroge sur les tonneaux, sur la réunion du vendredi… Peu de réponses… Le samedi passé, les deux mitrons ont été exceptionnellement autorisés à sortir. Caminet lui était sorti avec Madame.
           

            Les Tisseurs retrouvent Finaël et Aprivué au Poney Fringant. Edegilon décide d’y rester pour la soirée. Eodrec et Arlan vont faire un tour au Lapin. Finaël et Aprivué vont se ballader tout comme Gunard et Soaeg.
 


            A l’hôtel du Lapin : les murs sont tapissés de velour. Des sofas sont disposés en cercle. Il y a un escalier avec des femmes dénudées. Une grande pièce avec un très grand bar. Il y a des odeurs. Arlan va chercher des jetons. Quelques regards discrets. Il se met à une table de jeu. Eodrec se met à une autre table.
            A l’étage, Tolliver avec deux hommes : Lédune Valdur, un des dirigeants. Un homme barbu. Le 2e, nous ne savons pas qui c’est.
            Eodrec et Arlan changent régulièrement de table de jeu. Un jeune homme se fait particulièrement remarquer avec deux femmes, une sous chaque bras. Il fait du bruit, du battage. Certains le regardent. Arlan se présente comme étant « Elendom ». Cet homme n’est autre que Caminet, un « héritier d’entreprise ». Il a des faux airs de ressemblance avec le boulanger. Ils tissent des liens.
            Eodrec de son côté baratine, il serait un homme de commerce de chevaux… Arlan aborde une fille. Il lui offre un verre. Ils discutent. Il souhaite l’emmener dans un salon privé pour discuter. Caminet dit ne pas connaitre son père. Il avoue coucher avec Jérine. Il se ravie d’hériter d’une boulangerie. Il avoue avoir des combines pour trouver de la farine. Il aurait entendu « quelque chose ».
            Eodrec a remarqué que Lédune observe Arlan. Il aperçoit même des déplacements vers Arlan, un type bien habillé, qui hoche de la tête.
            Arlan commence à discuter avec la fille. Un homme rentre et fonce sur lui. La bagarre éclate entre ces deux hommes. Arlan met l’homme KO. La fille (Idriss) dit à Arlan de partir. Pendant cette bagarre, Eodrec s’était positionné devant ce salon et avait fait du tapage pour couvrir les bruits de la bagarre et il surveillait pour voir comment évoluait le combat.
 


            Finaël et Aprivué se baladent, sereinement. Elle semble fascinée par les grands bâtiments. Tout passe par le silence, le regard. Ils ont l’air heureux. Au pied de la halle, Aprivué bondit sur les colonnes jusqu’au balcon. Finaël essaye de la suivre. Ils contemplent la ville du point le plus haut. Le ciel se dégage. Elle semble fascinée par les gens. Ils arrivent à apercevoir la forêt qui les entoure comme s’ils étaient en élévation.
 


            Gunard se balade avec Soaeg. Elle parle beaucoup. Gunard écoute. La ville semble hostile avec les barrages et chaleureuse à la fois. Ils échangent des souvenirs. Les rues sont étroites. Deux hommes, dissimulés au ¾, avec des armes qui brillent. Plus loin, environ 15 mètres, un nain, derrière une borne et un arbalète posé dessus. Gunard pousse Soaeg dans l’embrasure d’une porte. Deux hommes sont également derrière. Gunard tombe au sol après avoir évité de justesse le carreau. Les deux nains s’en vont après avoir ordonné d’en finir avec Gunard. Les hommes arrivent en pensant pouvoir disposer de la fille. Gunard se relève alors et combat les 4 hommes. 3 sont tués, un assommé. Les trois morts possédaient des armures et des armes de mauvaise qualité. Le seul objet de qualité : le carreau d’arbalète. Gunard essaye de le dégager du mur pour le récupérer. Il possède une tête à 4 pans, biseautés.
Gunard et Soaeg décident de se réfugier au lavoir avec l’homme assommé. Gunard le réveille et l’interroge. Le nain était un certain Darkin. Cet homme parle de « doigt d’argent » comme étant le roi. Ils ont été payés en argent (mercenaire). Cet argent sort de leurs mines. Les hommes avaient comme mission de le tuer. Gunard envoie Soaeg cherchait le guet. Gunard l’interroge sur la mort du boulanger. L’homme prétend ne pas savoir. Gunard apprend toutefois qu’il va y avoir une attaque de convoi demain dans l’après-midi.
L’homme essaye de négocier sa libération contre des informations supplémentaires sur le convoi. Gunard débriefe avec les hommes du guet. Il en profite pour demander des infos sur Darkin : c’est le maître de la principale mine, celle qui donne le plus. Les nains et le Conseil des 12 sont en bon termes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arlan
Membre de la Communauté
avatar

Nombre de messages : 1740
Date d'inscription : 05/09/2005

Feuille de personnage
Race: Dunédain
Classe: Rodeur
Age: 35

MessageSujet: Re: Le pain des hommes (3)   Mer 19 Déc 2018 - 21:42

super boulot.MERCI

J'ai vu un truc ou deux qui me semble étranges. Je noterai ça en couleur dés que j'aurai le temps

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le pain des hommes (3)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» La cuisine et les Hommes
» Les Hommes du Gondor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destins étranges en Terre du Milieu :: JEU DE ROLE :: [SYNOPSIS] Halla Aranyë (à partir du 14/09/2018)-
Sauter vers: