Destins étranges en Terre du Milieu


Jeu de Rôle en Terre du Milieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mourir pour renaître...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Finaël
Membre de la Communauté
avatar

Nombre de messages : 1388
Localisation : Ceven Galad
Date d'inscription : 04/09/2005

Feuille de personnage
Race: Elfe
Classe: Archer
Age: 1 000 ans

MessageSujet: Mourir pour renaître...   Dim 30 Mai 2010 - 22:36

Je place donc ici le texte qui est à l'origine du "RP de la grotte" Very Happy

Il ne s'agit donc pas vraiment d'un RP inter-scénario mais de la reprise de ce qui s'est déroulé en jeu.

Si je peux donner de façon synthétique les différents aspects de ce que Finaël a tenté de vous confier, voici ce que cela pourrait donner :

1) Theid Mor en tant que déclencheur (intensité des événements vécus dans cette ville, paroxysme d'échecs, de souffrances accumulés qui débordent ici, magie du lieu, de sa signification...)

2) Finaël prend conscience d'une longue et lente transformation qui s'est faite à son insu de façon inconsciente (transformation qui concerne sans aucun doute aussi chaque membre de la Communauté, mais là c'est à chacun d'ouvrir le livre de son âme Wink )

3) Fina se croyait toujours en "transit", et cette quête (je n'ai pas de meilleur qualificatif Crying or Very sad ) de la Communauté n'était pour lui, aussi importante et grave soit-elle, qu'une parenthèse, un long détour avant de retourner sur Ceven Galad.

4) Or il comprend qu'il a été transformé à un point où tout est "redistribué" de façon totalement différente.

Ce qui devient accessoire et secondaire, c'est son ancienne vie, son "refuge" qui en vérité ne sortira jamais de son long et lent sommeil de l'oubli. Il ne reviendra jamais vivre à Ceven Galad, ce n'était qu'une étape préparatoire à ce qu'il devient à une tout autre échelle : un Gardien.

Il n'est donc plus l'elfe parti à la recherche d'un artéfact dans l'espoir de restaurer la splendeur de son Havre, "il n'est plus que" Finaël membre de la Communauté qui a voué son existence à Arda et à sa protection.

Il n'a donc plus d'objectifs pour lui-même ou ceux de son peuple ou de son Havre, ses objectifs sont ceux d'Arda, de sa survie, de sa sauvegarde.

Fina n'est donc plus "lié" à son peuple au sens hiérarchique, social, clanique ni à une quelconque forme de pouvoir, il est lié uniquement et définitivement à Arda.

5) Il prend donc conscience de cela, il l'accepte.

6) Mais cette acceptation de ce destin particulier demande un sacrifice bien plus important encore que le renoncement à son ancienne forme d'existence, un sacrifice ultime et terrible pour un elfe : le renoncement à Valinor, à la Terre des Valars. Lié à Arda désormais par un lien indéfectible, il marchera à ses côtés jusqu' à la fin des âges, jusqu'à la fin de toutes choses.

7) Il se condamne donc à une absolue solitude puisque ceux de sa race sont sur le point de disparaître complètement et définitivement de la Terre du Milieu.

Voilà pour l'essentiel, on pourrait bien sûr tout à loisir approfondir les multiples implications, conséquences ce cette radicale et irréversible mutation.

Il en est une, de ces conséquences, visible par tous, c'est le changement dans l'apparence et notamment les vêtements et l'attitude qui vont traduire de façon de plus en plus marquée, ce lien à Arda.

Assez parlé, voici le texte Wink

--------------------------------------------------------------------------------------------------------
En premier lieu, vous voudrez bien me pardonner les précieuses minutes de sommeil réparateur que je prélève en prolongeant votre veille.
Les occasions sont relativement rares, hormis quand nous sommes, comme en ce moment, en voyage, de pouvoir se réunir entre nous, sans tiers.

J’ai longtemps hésité avant de me décider à vous faire part de ce qui va suivre.

En effet ma révélation risque de modifier le regard que vous portez tout à la fois sur vous-même et sur la Communauté. Il est certaines choses qui devraient suivre leur cours, sans hâte, afin d’éclore le temps venu. Mais le temps presse et vous risquez à tout moment d’être confrontés à des changements dont la nature peut vous inquiéter.

Encore une précision avant d’en venir au fait. Ce que je dois vous dire m’est apparu clairement suite aux événements tragiques survenus à Theid Mor, la mort d’Elowinen et de ses concitoyens, la disparation du Livre.

Bien sûr, dans une perspective plus large, des bienfaits, sans doute plus grands encore que les malheurs advenus, sont sur le point de se produire.

Mais nul ne peut nier que nous avons tous été affectés, d’une manière ou d’une autre, plus ou moins intensément, par ces événements.

Theid Mor est en quelque sorte un nœud sur les fils du destin car bien des choses nous ont mené jusque là et tout semble se rejoindre en ce point de l’espace et du temps pour qu’advienne, qu’émerge quelque chose de nouveau. Il serait d’ailleurs assez difficile de définir avec exactitude ce dont il est question. Ce n’est d’ailleurs pas le sujet.

Ce qui est certain par contre, c’est qu’ici et maintenant, nous avons vécu ce que nous pourrions appeler une catharsis. Nous avons accumulé, depuis que la Communauté s’est formée, des blessures autant physiques que psychiques et émotionnelles : mort de proches, trahisons, échecs communs répétés dans certaines tentatives, comme la protection du Livre par exemple, échec personnel comme c’est le cas pour moi vis-à-vis de Dame Elindomë…La liste serait longue.

Theid Mor, ce fut la goutte qui fit déborder le vase, si je puis me permettre cette métaphore. C’est sans doute Arlan qui a réagi le plus violemment, extérieurement et émotionnellement car cela est dans sa nature. Il en a été affecté au point, par exemple, de ne pas voir ou vouloir voir l’importance de la rencontre avec le Seigneur Gandalf…pour ma part, bouleversé aussi, tout à la fois par les événements et la réaction d’Arlan, je n’ai pas su pleinement retirer les enseignements du Maître.

Bref, quelque chose d’une importance capitale s’est déroulé à Theid Mor et je fais allusion à tout autre chose que les événements aussi dramatiques puissent-ils être.

J’en viens donc à présent au cœur du sujet.

Ce qui s’est passé en moi, au moment ou Arlan portait Dame Elowinen morte dans ses bras, alors que nous étions encore recouverts de notre propre sang, titubants, ivres de fatigue, de peur, d’amertume et de colère, il serait assez difficile de l’exprimer par des mots et plus encore dans la langue commune.

Toutefois, il est des choses que je puis transmettre et dire.

J’ignore la raison profonde de ce qui s’est passé, nœud du destin, catharsis, mystère et force du lieu, charnière du temps, tout cela à la fois et sans doute encore bien des choses dont je ne connais pas les origines.

J’ai vu, j’ai compris…et j’ai accepté.

Vos airs perplexes demandent expressément quelques explications. J’y viens.

Quand je dis voir, il s’agit d’une vision, d’une perception globale.

Qu’ai-je vu ?

J’ai vu tout le chemin accompli au sein de la Communauté jusqu’à cet instant.

J’ai vu tous ceux qui sont tombés, nos proches et les autres, ceux dont nous ignorons le nom mais qui ont combattu à nos côtés.

J’ai vu combien nous avons grandi au sein de la Communauté et j’ai vu aussi combien la Communauté a grandi, elle-même.

J’ai vu qu’au départ, la Communauté est née de notre compagnonnage mais qu’ensuite elle n’a cessé de grandir par elle-même, pour elle-même et qu’à son tour, elle nous a transformé, mené sur un chemin, un destin.

Et j’ai compris.

J’ai compris que mon ancienne vie était révolue à jamais, qu’en vérité je ne retournerai jamais vivre à Ceven Galad quand bien même je retrouverai son Cœur. Et si cette éventualité advenait, je le conserverai le temps voulu afin de poser la première pierre d’un ordre nouveau. Car comment pourrais-je demander à mes frères, l’immense effort de voir autrement, si moi-même je n’en suis pas capable ?

J’ai compris aussi que peu à peu je me transformais au fil des jours, que le Finaël ancien disparaissait peu à peu pour donner naissance à quelque chose d’autre dont j’ignore presque tout.

Vous l’avez sans doute constaté, n’est-ce pas ? Au moins extérieurement. Je me détache peu à peu de tout ce qui me rattachait à l’ancien monde…mes habits traduisent cette profonde mutation. Désormais je suis lié à Arda plus qu’aucun elfe ne l’a été et sans doute ne le sera jamais.

Mes couleurs sont devenues celles de la Terre du Milieu en ce Troisième Age, couleurs d’automne, couleurs de feu, explosion de lumière mais aussi, infinie tristesse.

Dans mes cheveux se mêlent à présent les feuilles d’automne, chaque pli des mes vêtements semblent être une nervure, ma cape revêt tout à la fois les tons de la terre et se déchire en ses extrémités pour voler dans le vent.

Peu à peu, je prends le visage d’Arda…et ma voix…ma voix semble porter parfois une sagesse que je ne détiens pas et qui trouve son origine avant les Ages de ce monde.

Je me transforme peu à peu…et il y a un prix à payer, bien plus lourd que le renoncement à ce qui faisait mon ancienne existence…jamais je ne foulerai les blancs rivages de Valinor.

Car je suis lié à Arda et je marcherai à ses côtés jusqu’à la fin de toute chose.

Voilà ce que j’ai accepté.

_________________

"Ne gûr e-geven galad, síla i galad uireb."
Au coeur de Ceven Galad, brille la Lumière Eternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eodrec
Membre de la Communauté
avatar

Nombre de messages : 715
Date d'inscription : 04/02/2009

Feuille de personnage
Race: Eothraim
Classe: Cavalier
Age: 24

MessageSujet: Re: Mourir pour renaître...   Mer 9 Juin 2010 - 19:12

En écoutant Gunard raconter ses vieilles histoires avec bonhomie, Eodrec se sentit mieux. Le même sentiment que la veille au soir le reprenait : une certaine torpeur douce et tranquille. Les yeux dans le vague, il regardait sans vraiment les voir ses compagnons, laissant son esprit vagabonder. L’elfe jouait avec un furet, et l’Eothrem se demandait l’air de rien comment il avait pu l’apprivoiser si vite. Pour former une âme unique avec son cheval, plusieurs années de rapprochement réciproque avaient été nécessaires. Son cheval … à cette pensée son cœur se serra. Puis il s’assoupit à nouveau.

« — J’ai longtemps hésité avant de me décider à vous faire part de ce qui va suivre … »
La voix de Finaël surprit le jeune homme, le faisant d’un coup sortir de sa somnolence. Une intonation plus grave que d’habitude, qui avait semblé figer le temps et l’espace. Il lui semblait qu’à sa voix la futaie s’était penchée vers l’elfe, que l’herbe autour de lui se redressai, que même les maigres flammes du feu se tendaient en sa direction. Hypnotisé par ce miracle, Eodrec écoutait les paroles de son ami comme si plus rien autour d’eux n’existait.

« — J’ai vu tous ceux qui sont tombés, nos proches et les autres, ceux dont nous ignorons le nom mais qui ont combattu à nos côtés. »
Les mots semblaient guider les sentiments du jeune homme. En fait, il n’aurait su dire si l’elfe devançait ses pensées, ou si lui même s’adaptait à ce que disait la voix. Le discours mettait en mots les transformations de Finaël, mais il traduisait aussi les transformations de l’état d’esprit du groupe.

« — Je me transforme peu à peu … et il y a un prix à payer, bien plus lourd que le renoncement à ce qui faisait mon ancienne existence … jamais je ne foulerai les blancs rivages de Valinor. »
Renoncer à Ceven Galad, renoncer à Valinor … ces derniers mot déchirèrent l’âme de l’Eothrem, lui faisant soudain monter les larmes aux yeux. Non seulement pour son ami, qui renonçait là au privilège suprême de sa race, mais aussi pour lui même. Il voulait couper la parole à Finaël, l’implorer de n’en rien faire. Renoncer à Valinor, c’était un peu accepter de mourir. Le sacrifice était beau, sans doute était-il nécessaire. Mais il renvoyait le jeune homme à sa propre fin, à la pensée du Grand Départ qui accompagne chaque Homme à chaque pas. Partager les aventures de Finaël offrait à chacun des mortels de la Communauté un peu de son immortalité, à l’image de celle offerte par les aèdes aux héros endormis depuis bien des années. Renoncer à Ceven Galad, c’était donner conscience à chacun des membres de la Communauté du poids des responsabilités qui pesait sur leurs épaules. C’était faire prendre conscience à chacun que ce rôle partagé de "Gardien", pour reprendre les mots de l’elfe, le faisait renonçer à sa propre origine. Eodrec revit l’herbe ondulante au vent des grandes plaines du Rhovanion, le long de l’Anduin. Des larmes coulaient en silence sur ses joues.

Un long silence s’installa.

Puis une voix gutturale le brisa.
« — Kaera. Où est passée Kaera ? » Le cours du temps, un moment figé, reprenait son animation à une vitesse qui empêchait chacun d’en deviner le bout.

_________________

Eodrec, sonneur de cor. Arpenteur de la Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.charbon-et-ether.fr
 
Mourir pour renaître...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brooke Lilah Johansen ? il faut vivre pour ne pas mourir
» [S8] Mourir pour Sigmar
» VERENA T. LOISEAU ?? « C’est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles ».
» VERENA T. LOISEAU ?? « C’est bon pour les hommes de croire aux idées et de mourir pour elles. »
» (grinildha) (+) mourir pour la paix.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destins étranges en Terre du Milieu :: JEU DE ROLE :: RP inter-scénarios-
Sauter vers: