Destins étranges en Terre du Milieu


Jeu de Rôle en Terre du Milieu
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 De la sonnerie de cor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eodrec
Membre de la Communauté
avatar

Nombre de messages : 719
Date d'inscription : 04/02/2009

Feuille de personnage
Race: Eothraim
Classe: Cavalier
Age: 24

MessageSujet: De la sonnerie de cor   Jeu 27 Déc 2012 - 18:59

Les Ortanatsë marchaient depuis plusieurs heures maintenant. Le plateau couvert de neige était balayé par le vent, freinant la progression des deux Hommes, malgré la trace ouverte par le Nain. L'Elfe avait cheminé l'essentiel de l'après-midi loin devant eux, et ils faillirent ne pas le voir, alors qu'il se tenait à quelques mètres à peine. Il avait pourtant déposé, à l'abri de rochers, un fagot de bois mort ramassé dieu seul savait où.

— Je vous propose de nous arrêter là. Il y a loin d'ici le prochain abri, et nous n'y serions pas avant la nuit. Il m'est avis, qui plus est, que le vent va forcir d'ici peu.

L'Eothrem était exténué, et son moral était bien bas. Vraiment, ce milieu ne lui convenait guère. Après avoir déposé ses armes et son paquetage, il s'empara du cor et commença à le lustrer machinalement d'un air sombre et maussade. La voix chantante de Finaël le tira de ses pensées.

— On vous a connu moins taciturne, Eodrec ... Que diriez vous de nous donner une leçon de musique ?

L’esprit du cavalier s’échappa alors qu’il se remémorait les leçons de son grand-père maternel, Eolaf. Les Meored étaient sonneurs de cor depuis de nombreuses générations, le cor était ancien, transmis de père en fils — ou petit-fils en ce qui le concernait, avec l’art de s’en servir. Eolaf excellait tellement à cette fonction, qu’on racontait qu’il avait pu décrire à l’aide des sonorités de l’instrument, l’allure et l’apparence d’un cavalier inconnu approchant au crépuscule, évitant à ce dernier de se faire cribler de flèche par l’avant-garde eothrem — il s’agissait du fils du roi. La fonction de sonneur de cor, essentielle pour transmettre les ordres sur le champs de bataille, ne se réduisait pas à ces brefs moments, mais était doublée de celle de messager particulier du roi, en particulier lors des représentations diplomatiques. C’est à une de ces occasions, que ses deux grands-pères, l’un gondorien, l’autre eothrem, s’étaient rencontrés.

— Une heure ne me suffirait pas … cependant la leçon pourrait nous être utile à l’avenir. Et si un jour nous nous rendions en Rhovanion — ou si d’aventure vous deviez vous y rendre sans moi — savoir interpréter les messages sonores pourrait vous être de première utilité … Comme tout jargon de bataille, comprenez bien que c’est un savoir qui n’est en général guère partagé, et qu’il vous serait probablement utile de taire la connaissance que vous en avez …

L’Eothrem illustrait chacune de ses explications d’un exemple musical.

— Trois éléments peuvent être variés : la hauteur de la note, sa durée et sa vibration. Je passerai vite sur ce dernier aspect qui nous entraînerait trop loin pour me concentrer simplement sur les deux premiers.

— Les sonneries d’alarmes sont données sur un seul ton, répété ou non. Plus la note est grave, plus l’ennemi approchant est lourdement armé. Plus son approche est rapide, plus souvent la note est répétée. Le dernier son est lui tenu plus ou moins longtemps, en fonction de l’importance de la troupe approchant. Disons simplement que plus le vibrato est fort, plus l’ennemi approchant est lié à la terre : gobelinoïdes, nains, hommes, cavaliers eothrems, elfes … toutes les races sont ainsi renseignées ce qui demande une longue mémorisation … Je serai cependant bien en peine d’indiquer l’arrivée d’une troupe de Hobbits ! …

— Les ordres en bataille sont donnés sur deux tons. Une tierce ascendante ordonne le rassemblement autour de l’étendard, une quinte majeure ascendante sonne la charge, une octave ascendante lance la poursuite. Une octave descendante indique, elle, la retraite. Une quinte descendante est l’ordre le plus difficile à faire appliquer : tenir les positions … on dit qu’un chef de troupe mesure son autorité et la discipline de ses hommes sur ces deux seules notes, quand hommes et chevaux piaffent de se lancer dans la bataille …

— Les sonneries aux morts, pour présenter les armes, introduire un grand personnage, ou autre, sont des mélodies plus compliquées, avec une succession de notes plus ou moins rapides. C’est là, à vrai dire, que le vibrato, prend toute son importance, pouvant même créer des incidents diplomatiques : mal ordonner les notes, vous tromper sur leur hauteur vous ferait passer pour un mauvais sonneur. Mais donner plus ou moins de vibrato à une mélodie, c’est montrer ce qu’il faut, insuffisamment, ou trop de déférence à votre invité …


Le sourire était revenu sur la figure du jeune homme à l’évocation de ces subtilités diplomatiques. C’est alors qu’il pris conscience que la question de l’elfe était tout autant façon de s’instruire que de lui rendre le morale. Et il lui en fut gré.

_________________

Eodrec, sonneur de cor. Arpenteur de la Terre du Milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.charbon-et-ether.fr
 
De la sonnerie de cor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sonnerie/allertes
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» Un autre son de cloche tibétaine
» ? Le Ravagé
» 05. It's a pretty little liars [PV Dakota]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Destins étranges en Terre du Milieu :: JEU DE ROLE :: RP inter-scénarios-
Sauter vers: